Super Jazz Women


Une conférence-concert imaginée par
Chloé Cailleton chant
et Guillaume Hazebrouck piano


Terry Pollard, Mary Lou Williams, Mary Osborne, Melba Liston, Dolly Jones, Vi Redd, Carla Bley, Maria Schneider ... Vous connaissez ? A part quelques exceptions, les noms qui font l'histoire de cette musique et que l'on trouve dans les ouvrages dédiés au jazz sont essentiellement masculins. Lorsqu'on arrive sur la page jazz de wikipedia, on constate que seules les femmes qui chantent ont droit à leur rubrique. Qu'en est il de celles qui jouent d'un instrument, composent, arrangent, dirigent des orchestres ? Sont elles si peu nombreuses qu’il ne serait pas nécessaire de les répertorier ?
 
Surprise ! En y regardant de plus près, elles sont bien là, nombreuses, productives, audacieuses, culottées même, et souvent dans l'ombre des hommes, à part ou carrément oubliées. Un oubli qui nous prive d'une partie de notre patrimoine, d'une partie de notre mémoire et de notre histoire.
 
Au regard des processus d'émancipation des femmes à travers des luttes pour faire reconnaitre leurs droits et leur liberté, on peut se demander si le monde du jazz leur est devenu moins hostile avec le temps. Qu'est ce que signifie être musicienne de jazz aujourd'hui ? Peut on encore parler de marginalité ? Est ce que les choses bougent ? Est ce que les mentalités évoluent ? 

Pourquoi ne pas pousser la curiosité un peu plus loin et relire autrement l'histoire de cette musique, à travers des portraits de femmes instrumentistes qui ont considérablement apporté au jazz, et qui ont influencé les autres musiciens de leur temps, sans que personne ne fasse part de sa dette. Des femmes libres et talentueuses qui pourraient bien inspirer les aspirantes musiciennes de demain...
 

Télécharger le dossier

super_jazz_women_.pdf Super Jazz Women .pdf  (203.38 Ko)